Roman·Saga

Sherlock Holmes, tome 2 : Le Signe des Quatre, Sir Arthur Conan Doyle

Bonjour tout le monde !! đŸ€—

J’espĂšre que vous allez tous trĂšs bien en ce samedi. De mon cĂŽtĂ© oui, paradoxalement alors que c’est la rentrĂ©e et reprise pour bon nombre d’entre nous, le soleil grand absent de cet Ă©tĂ© fait son retour… Ceux qui partent en Septembre sont finalement plus chanceux 🌞

Ne nous attardons pas plus sur le sujet si palpitant de la mĂ©tĂ©o, et passons directement Ă  la chronique du jour. Je l’ai probablement rĂ©pĂ©tĂ© de nombreuses fois mais je suis une amoureuse inconditionnelle du personnage de Sherlock Holmes et de son amitiĂ© avec John Watson. J’ai dĂ©jĂ  lu les nouvelles et romans mais j’apprĂ©cie les relire de temps Ă  autre. Auparavant je ne voulais jamais au grand jamais les relire de peur de moins aimer voire dĂ©tester, finalement ce sont des lectures doudous et je prends plaisir Ă  piocher dedans de temps Ă  autre pour mon plus grand plaisir. J’ai envie de les relire dans l’ordre au fur et Ă  mesure et vous en faire des chroniques.

Ici je vais vous parler du roman Le Signe des Quatre Ă©crit par Sir Arthur Conan Doyle, faisant suite au tome 1 Une Ă©tude en rouge. Les tomes sont sĂ©parĂ©s donc l’ordre de lecture importe peu.

Résumé :

Auteur : Sir Arthur Conan Doyle

Genre : Policier

Édition : Hachette – La bibliothĂšque verte senior

Année : 1977

Nombre de pages : 180 pages

Titre original : The Sign of the Four

Fait partie de la saga Sherlock Holmes

Le 3 décembre 1878, à son retour des Indes, le capitaine Morstan disparaßt sans laisser de trace.
Le 4 mai 1882, un inconnu envoie Ă  sa fille une perle d’une valeur inestimable. DĂ©sormais, chaque annĂ©e Ă  la mĂȘme date, la jeune fille reçoit une perle identique.
Le 7 juillet 1888, l’inconnu fixe enfin rendez-vous Ă  Mary Morstan, le soir mĂȘme, Ă  sept heures.
InquiĂšte, la jeune fille demande Ă  Sherlock Holmes de l’accompagner. Celui-ci accepte. « Simple affaire de routine », pense-t-il. Il ignorait toutefois qu’il avait rendez-vous avec un mort.

Mon avis :

Ce roman policier est assez court puisqu’il ne comporte que 180 pages, ce qui rend donc sa lecture plutĂŽt rapide. Les chapitres sont d’une dizaine de pages sauf le dernier qui faisait 40 pages afin d’expliquer l’envers du dĂ©cor. L’Ă©criture est fluide donc cela ne pose aucun problĂšme de comprĂ©hension dans l’intrigue. Reste qu’il faut tout de mĂȘme prendre son temps afin de bien lire les dĂ©tails et subtilitĂ©s glissĂ©s deçà delĂ .

Pour la petite anecdote, l’auteur, Sir Arthur Conan Doyle a rĂ©digĂ© ce roman en un mois et dans une visĂ©e uniquement alimentaire. C’est assez rapide au vu du gĂ©nie de l’intrigue mais ce qui est cocasse est la prĂ©sence d’incohĂ©rences. En effet, dans le roman Une Ă©tude en rouge, John Watson est blessĂ© Ă  l’Ă©paule en Afghanistan alors que dans celui-ci il est fait mention qu’il est blessĂ© Ă  la jambe. Pour ceux qui auraient vu la sĂ©rie britannique Sherlock, c’est la blessure Ă  la jambe qui a Ă©tĂ© retenu alors que dans les films avec Jude Law et Robert Downey Jr c’est l’Ă©paule.

Cette histoire raconte par le biais d’une affaire la rencontre entre John Watson et Mary Morstan, qui deviendra sa femme. Je dois avouer que j’avais oubliĂ© ce dĂ©tail. Je savais qu’il se mariait Ă  un moment ou un autre mais je ne savais plus quand. Ça m’a fait plaisir mĂȘme si Ă©videmment nous sommes dans un roman policier et la romance est en dĂ©tails par-ci par-lĂ .

En ce qui concerne plus Ă  mĂȘme le contenu du roman, nous sommes au cƓur d’une affaire qui peut paraĂźtre simple Ă  premiĂšre impression et qui dans les faits est plus complexe. Mary Morstan vient consulter notre dĂ©tective britannique prĂ©fĂ©rĂ© car depuis 4 ans elle reçoit une fois par an une perle et ce depuis la mort soudaine de son pĂšre 10 ans plus tĂŽt en revenant des Indes. Ce qui l’intrigue est qu’elle a reçu une lettre lui donnant rendez-vous le soir et oĂč elle y fera la rencontre d’un curieux personnage.

L’enquĂȘte est fascinante, nous voyions de prĂšs le gĂ©nie de Sherlock Holmes faire effet et sa science de la dĂ©duction mise en exergue. Les faits sont au dĂ©part sans grande complexitĂ© mais plus le temps passe plus des Ă©lĂ©ments nouveaux sont Ă  prendre en compte. Il y a beaucoup de rebondissements donc nous ne nous ennuyons pas du tout. C’est mĂȘme drĂŽle parfois notamment avec le sarcasme de Sherlock Holmes que j’aime pour sa finesse. L’inspecteur de police est tournĂ© en dĂ©rision et rien que sa description physique ridicule. Comme dans tout Sherlock Holmes, ce n’est qu’Ă  la fin que nous comprenons l’ensemble de l’intrigue. Et lĂ , comme Watson nous sommes surpris de la simplicitĂ© des dĂ©ductions, caractĂ©ristiques de la beautĂ© du roman et du talent du dĂ©tective.

Le Signe des Quatre est le deuxiĂšme roman sur Sherlock Holmes. Tout comme le premier, il emmĂšne le lecteur se balader intellectuellement Ă  la recherche d’indices et de pistes pour Ă©lucider l’affaire. Evidemment, Ă  l’image de l’ensemble de la saga, nous n’arrivons pas Ă  trouver. Ce vif intĂ©rĂȘt nous pousse Ă  tourner les pages avec rapiditĂ© et entrain. Je ne peux que vous inviter Ă  plonger dans l’univers holmĂ©sien.

Et vous, vous avez lu ce livre ? N’hĂ©sitez pas Ă  me dire tout cela dans les commentaires pour que nous puissions en discuter âŹ‡ïž

Je vous souhaite Ă  tous une trĂšs belle journĂ©e, prenez soin de vous et Ă  trĂšs bientĂŽt đŸ„

Laure

Publicité

12 commentaires sur “Sherlock Holmes, tome 2 : Le Signe des Quatre, Sir Arthur Conan Doyle

  1. J’ai tellement entendu citer ce titre que je ne sais plus si je l’ai lu ou pas ! Les personnages me sont familiers, Ă  l’occasion je le relirai ! En revanche la bibliothĂšque verte sĂ©nior m’Ă©tait totalement inconnue, cela ne doit plus exister, on doit en trouver dans les livres dĂ©jĂ  anciens ! De toute façon Sherlock Holmes est une valeur sĂ»re en littĂ©rature policiĂšre. Bon week-end.

    Aimé par 1 personne

    1. C’Ă©tait un livre appartenant Ă  mon pĂšre d’oĂč l’Ă©dition un peu ancienne. Je ne sais pas si elle existe encore mais en tout cas je n’en avais jamais entendu parler. Sherlock Holmes est une valeur sĂ»re dans ce genre littĂ©raire et il est dans pleins d’Ă©ditions donc facilement trouvable. Bon week-end et bonne soirĂ©e !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s