Lectures

Étude en rouge, Sir Arthur Conan Doyle

Bonjour tout le monde ! 😊

Comment allez-vous ? J’espère que vous êtes en pleine forme et que tout se passe bien pour vous. Oublions le contexte sanitaire car c’est tellement déprimant que je ne veux pas rajouter une dose de négativité par ici.

Cela fait un petit moment que nous ne nous sommes pas retrouvés sur le blog et que je n’ai pas publié. Je suis en pleins examens, l’écrit de 5h était mardi et là il me reste 2 oraux la semaine prochaine. Cependant, cela me manquait de ne pas venir ici vous écrire et discuter.
Sans vous mentir, j’ai moins le temps de lire ou plutôt je ne le prends pas car le soir je lis des revues juridiques 😅 Pour quand même me détendre, j’ai décidé de relire un roman d’Agatha Christie, Mort sur le Nil. Je l’avais beaucoup aimé et même si je suis moins à fond dans l’enquête à cause de mon travail cela ne gâche en rien mon moment.

Trève de blablateries, passons à la chronique du jour sur Étude en rouge de Sir Arthur Conan Doyle. C’est un Sherlock Holmes ! Pour ceux qui me suivent depuis très longtemps vous connaissez mon amour pour ce détective 😍 J’avais bien évidemment déjà lu ce roman, et je dois même vous dire qu’il y a quelques années pour moi c’était inconcevable de les relire tellement je les aimais et voulais garder mon amour intact. Finalement, j’avais oublié l’histoire vu que cela doit faire 10 ans au moins, j’ai tellement aimé que je suis bien contente de vous en parler ! Depuis que je tiens ce blog il devenait nécessaire à ce que je vous parle encore de ce détective et de son ami John Watson.

Résumé :

Auteur : Sir Arthur Conan Doyle

Genre : Policier

Édition : Le Livre de Poche

Année : 2010

Nombre de pages : 147 pages

Titre original : A study in Scarlet (1887)

Fait partie de la saga Sherlock Holmes

Un homme est retrouvé mort dans une maison inhabitée, au coeur d’un des plus sinistres quartiers de Londres.
Autour de lui, des traces de sang, bien que le cadavre n’ait aucune blessure. De quoi laisser perplexe Lestrade et Gregson, les limiers de Scotland Yard.

Parue en 1887, cette Étude en rouge est la première des enquêtes de Sherlock Holmes. Nous y faisons la connaissance de l’extraordinaire détective à travers les yeux du bon Dr Watson.
Nous y apprenons le « raisonnement analytique » et l’art de faire parler les indices.
Ce classique du roman policier est aussi un roman d’aventures qui nous conduit dans le Nevada des mormons et de la ruée vers l’or, où s’enracine le mystère…

Mon avis :

En introduction, je vous ai écrit que Sherlock Holmes est un de mes personnages favoris ce qui annonce déjà la couleur des propos que je vais tenir ici. Ce roman est le tout premier, il met sur le devant de la scène un détective consultant, Sherlock Holmes et son bon et fidèle ami, le Docteur John Watson. Le début du livre fait état de leur rencontre et de leur cohabitation au 221 b, Baker Street, célèbre adresse. C’est surtout l’occasion pour nous lecteur de découvrir ces deux personnages qui vont nous accompagner dans une enquête rocambolesque.

En effet, un homme est retrouvé mort avec écrit sur le mur à côté « RACHE ». Que fait-il ici ? Pourquoi est-il mort ? Par qui ? Ce sont là des questions que l’équipe de Scotland Yard menée par Lestrade et Gregson se pose mais sans réponse tenant la route. C’est là qu’évidemment arrive Sherlock Holmes accompagné de son nouveau compagnon de route, le Dr Watson. Pour connaître la suite des aventures, il suffira de lire le livre.

Faisant 147 pages, il se lit assez rapidement. L’écriture est fluide, attirante et surtout captivante. Le livre est divisé en deux temps, l’enquête de Sherlock Holmes et l’explication du pourquoi du comment par d’autres personnages. On est alors plongé dans une Amérique plus rurale, plus mystique et secrète. Une Amérique où la justice est envers les riches, la ruée vers l’or et l’indépendance financière un train de vie, la polygamie une nécessité. C’est intéressant de comparer avec ce qu’on vit aujourd’hui, car même si c’est fictif il y a une part de vérité dans les descriptions et dans ce quotidien des mormons.

Sans dévoiler la fin car sinon cela ne servirait à rien, je peux seulement dire que c’est incroyable. On assiste évidemment aux prouesses de Sherlock Holmes mais c’est bien plus que ça. On est témoin d’un rendu de la justice complètement différent. C’est ce que j’aime particulièrement dans les livres anciens, on comprend les actions du criminel et finalement on en vient même à lui « pardonner ». C’est assez profond comme réflexion et c’est un des multiples avantages de la lecture : nous faire réfléchir.

Étude en rouge est un roman qui met sur le devant de la scène pour la première fois Sherlock Holmes et son ami le Docteur John Watson. Relecture pour moi, plaisir de nouveau et j’ai juste envie de continuer à en relire d’autres car l’écriture est incroyable. L’architecture du livre fait que nous sommes plongés au coeur de l’enquête car nous lisons en réalité les écrits de J. Watson. Coup de coeur pour moi malgré le peu d’objectivité que j’ai, j’espère qu’il réussira à vous ravir tout autant !

Et vous, vous avez lu ce livre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé, ou au contraire il vous tente ? N’hésitez pas à me dire tout cela dans les commentaires ⬇️

Je vous souhaite à tous une très belle journée, prenez soin de vous et à très bientôt 😘

Laure

2 commentaires sur “Étude en rouge, Sir Arthur Conan Doyle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s