Roman

Les Petites Reines, Clémentine Beauvais

Bonjour tout le monde !! 🤗

Comment allez-vous en cette journée ? Bien j’espère ! De mon côté oui, cette semaine je n’ai pas de déplacements professionnels. Je vais enfin être chez moi une semaine complète, ce qui n’est pas rien croyez-moi car ça faisait bien longtemps que cela ne m’était pas arrivée !

Je vous retrouve pour vous parler d’une nouvelle lecture que j’ai lu extrêmement rapidement la semaine dernière. C’est Les Petites Reines de Clémentine Beauvais. Ce n’est pas mon premier livre d’elle, si vous vous souvenez bien j’avais lu Brexit Romance et Âge Tendre, deux livres que j’ai beaucoup aimé. Alors quand j’ai cherché une lecture un peu plus chill à lire je me suis de nouveau tournée vers Clémentine Beauvais dans les rayons de la bibliothèque, et j’y ai découvert Les Petites Reines à sa jolie couverture rose et ce vélo.

Résumé :

Auteur : Clémentine Beauvais

Genre : Jeunesse, Feel-good, Aventure, Comédie

Édition : Sarbacane

Année : 2015

Nombre de pages : 272 pages

On les a élues « Boudins de l’année » sur Facebook.

Mais Mireille Laplanche et ses « boudinettes », Hakima et Astrid n’ont pas l’intention de se lamenter sur leur sort !

Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse, à Paris…
… pour s’incruster à l’Élysée !
Place aux Petites Reines !!!

Mon avis :

Il y avait beaucoup de choses pour que le livre me plaise : l’écriture de Clémentine Beauvais qui nous emmène là où elle veut qu’on aille, la vélo comme élément central, Indochine en arrière-plan et le dépassement de soi quoique les autres peuvent dire de nous. Oui parce que le sujet initial c’est 3 jeunes filles au collège, Mireille, Hakima et Astrid qui sont élues boudins de l’année. On a connu mieux en matière de compliment je ne vous fais pas dire. Mireille est habituée, depuis 3 ans, date de création de ce concours par son ancien meilleur ami Malo, elle fait partie du podium. Mais Astrid c’est sa première fois et elle a mal. Elles se rapprochent donc d’Hakima qui a d’autres chats à fouetter mais qui est malgré tout blessée. Pour une raison que je ne vous dévoile pas, elles vont toutes les trois décider de partir à vélo de Bourg-en-Bresse à Paris pour s’introduire à l’Élysée avec Kader, le frère d’Hakima.

Dès les premières pages le ton est donné : le livre sera drôle. Certes le sujet à l’origine est que ces trois filles sont des boudins mais il n’y a aucune méchanceté dans l’emploi de ce terme. Elles-mêmes vont nommer ainsi leur expédition et vendre des boudins le long de leur road trip. Clémentine Beauvais ne tombe jamais dans des propos grossophobes, le coeur du livre n’est pas là. Nous n’avons que très peu de descriptions physiques des personnages. Il faut prendre ce livre avec légèreté, c’est décalé et très second degré. Il se lit vite, très vite car les chapitres sont dynamiques. À chaque fin de chapitre on a qu’une seule hâte c’est de lire la suite.

Le livre se découpe en 3 parties plus ou moins égales, une carte du périple de cette troupe est présente au début accompagnée d’une playlist. Je suis évidemment allée écouter les chansons même si je les connaissais déjà. Quelques messages politiques et sociaux sont disséminés dans les pages. Cela va des prises de position militaires au harcèlement scolaire en passant par être un enfant non connu par son père biologique. Pour autant, jamais ô grand jamais nous ne tombons dans du pathos larmoyant. J’avais envie d’une lecture joyeuse et je suis tombée en de très bonnes mains.

Le regard des autres sur le corps, le culte de la minceur et de la « beauté parfaite », les messages sur les réseaux sociaux remplis d’hypocrisie par rapport au personnes en surpoids, les commentaires des uns et des autres alimentant la pression sociale sur les femmes, les discours prônant l’amour du corps tel qu’il est, etc. tout cela est si justement abordé, avec beaucoup de finesse. Des articles de presse et des tweets alimentent les pages et le périple de ces quatre cyclistes.

Quelques questions ou du moins scènes n’ont pas de réponse et de fin et j’ai été frustrée. Je ne donnerai pas d’exemples au risque de spoiler mais c’est comme si pendant 272 pages nous avions un extrait de vie des personnages avec du teasing sur certains points mais sans le fin mot de l’histoire. Rien de traumatisant ou ayant un suspense insoutenable mais j’aurai aimé en savoir plus.
Ne vous attendez pas non plus dans ce livre à avoir les détails physiques d’une préparation sportive comme celle-ci, d’avoir les échecs, les difficultés et la lourdeur du quotidien à pédaler. Tout ceci est occulté et limite on a l’impression que ce fut une simple balade champêtre de quelques heures. Le coeur du livre ne se situant pas ici, cela m’a seulement interpellé mais pas choqué.

Comme dit en introduction, c’est mon troisième livre de Clémentine Beauvais et je l’ai trouvé un peu en-dessous des autres. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Ce roman est très bien, vraiment. Sauf que comme j’ai adoré les deux autres inconsciemment je les compare et ai une préférence pour les précédents. Si j’avais lu celui-ci en premier je n’aurai pas dit la même chose cela va de soi. Il n’en demeure pas moins que je vous recommande cette lecture, c’est chill, ça donne envie de se poser et de pourquoi pas aller faire des balades à vélo (ma passion !).

Les Petites Reines écrit par Clémentine Beauvais aborde le sujet difficile du harcèlement scolaire en raison de son corps et de l’acharnement de certains à se moquer constamment tant en vrai que sur les réseaux sociaux. Cependant, ici c’est tourné en dérision où le harceleur fait pitié face au projet incroyable de ces jeunes filles : se rendre à vélo à Paris. Cette lecture est un plaisir garanti et très drôle !

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Avez-vous lu d’autres romans de Clémentine Beauvais ? N’hésitez pas à me dire tout cela dans les commentaires pour que nous en discutions ⬇️

Je vous souhaite une très bonne fin de journée et je vous retrouve tout bientôt dans un prochain article 🐹

Laure

Publicité

18 commentaires sur “Les Petites Reines, Clémentine Beauvais

  1. J’ai aussi beaucoup aimé ce livre, même si je l’ai lu il y a longtemps et que je n’en garde pas énormément de souvenirs (je ne me rappelle plus de la fin, d’ailleurs). C’était mon premier de l’auteure, mais, même si l’histoire est sympa à lire, je te rejoins : ce n’est clairement pas le meilleur ^^ Pour ma part je préfère largement Songe à la douceur ou Brexit romance, que tu as toi aussi lu il me semble. J’avais trouvé ces deux romans-là mieux écrits et plus drôles en tout cas !

    Aimé par 1 personne

      1. Maintenant que tu me parles de l’Elysée, ça me dit quelque chose 😉
        Songe à la douceur est une histoire très poétique et portée sur les sentiments, et c’est très différent de Brexit Romance, qui est très humoristique pour le coup !

        Aimé par 1 personne

  2. Je l’ai lu, ou plutôt écouté, il y a quelques temps déjà, et cette lecture avait été un véritable coup de coeur ! 😊Je l’ai d’ailleurs fait écouter à ma fille (11 ans) l’an dernier, et elle l’a adoré aussi. C’est un roman auquel je pense régulièrement, qui m’a fait chaud au coeur. J’ai aimé l’humour, les protagonistes, l’histoire. Je songe d’ailleurs à le relire. Mais peut-être que je vais tenter plutôt un autre des romans de l’autrice.

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai jamais écouté de livres car je préfère le format papier mais c’est vrai que cette histoire pourrait bien s’y prêter au niveau du scénario. C’est vrai que c’est le genre de livre que l’on peut conseiller et offrir sans problème. Clémentine Beauvais a écrit pas mal de pépites donc il y a du choix 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s