Roman·Saga

Hercule Poirot, tome 38 : Une mémoire d’éléphant, Agatha Christie

Bonjour tout le monde !!! 🤗

C’est avec grand plaisir que je vous retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique d’un roman d’Agatha Christie. Vous n’êtes pas sans savoir que j’apprécie tout particulièrement les enquêtes policières à l’ancienne, donc cette romancière ne pouvait pas ne pas me plaire.

Si vous farfouillez sur le blog, vous retrouverez les autres tomes lus et chroniqués des Hercule Poirot. Je vous mets le lien ici pour plus de facilité. N’hésitez pas à aller y faire un tour car je commence à en avoir lu de plus en plus. Il y a quelques jours j’ai terminé Une mémoire d’éléphant dont en voici la chronique.

Résumé :

Auteur : Agatha Christie

Genre : Policier

Édition : Le Masque

Année : 2017

Nombre de pages : 300 pages

Titre original : Elephants Can Remember (1972)

Fait partie de la saga Hercule Poirot

Les Ravenscroft filaient le parfait amour et menaient une vie tranquille ; on aurait pu supposer qu’ils étaient de ceux qui meurent paisiblement dans leur lit. Et non d’une balle dans la peau.

Quinze années se sont écoulées depuis que, fautes de preuves, l’affaire a été classée sans suite. Double suicide, avait conclu la police, sans trop y croire. Guère plausible, mais qu’envisager d’autre ?

Avec l’aide de son amie romancière Mme Oliver, Hercule Poirot, qui a horreur des histoires inachevées, est bel et bien déterminé à résoudre ce mystère. Or, si la traque aux aveux est épineuse dans ce safari de souvenirs, c’est sans compter la clairvoyance du célèbre détective belge !

Mon avis :

Difficile de vous faire une chronique en toute objectivité puisque j’apprécie énormément le travail d’Agatha Christie et ses romans en compagnie du célèbre détective Hercule Poirot.

Dans ce tome, on retrouve son amie Ariadne Oliver que j’ai connu pour la première fois dans le roman Poirot joue le jeu, le superintendant Spence, grand ami également de Hercule Poirot que j’ai rencontré dans Le flux et le reflux. J’ai bien aimé retrouver des personnages découverts d’ici de là, ça permet de faire des liens entre les tomes qui sont indépendants. Surtout que c’est deux là sont très authentiques et ont un charisme plaisant.

Hercule Poirot doit résoudre un mystère vieux de 12 ans, il replonge dans le passé pour tenter de découvrir la vérité sur une affaire où un couple s’est tué. Il est fait explicitement référence à d’autres aventures d’Hercule Poirot que je n’ai pour ma part jamais lu. J’avais peur que le passage sur chaque livre soit trop long et divulgue la fin car cela m’aurait gâché la surprise, finalement c’est très résumé et je ne m’en rappelle déjà plus donc parfait. Pour ceux que ça intéresse les livres en question sont : McGinty est morte, Le crime d’Halloween et Les cinq petits cochons. J’ai les deux premiers dans ma bibliothèque donc je les lirai bientôt.

Cette recherche d’indices pour tenter de décrypter le passé n’est pas sur le terrain mais constitue en la rencontre par Mme Oliver des différentes personnes ayant connu le couple, d’où le titre « mémoire d’éléphant » car il faut que chacun se rappelle de cette époque résolue. D’ailleurs, la première partie est concentrée uniquement sur cette dame, il est très peu question d’Hercule Poirot et j’avais peur qu’il n’intervienne jamais. Il est présent plutôt dans la deuxième partie.

Un bon roman policier est pour moi un roman où l’on ne devine pas la fin dès le milieu ou alors il y a des rebondissements pour nous faire douter. Là, j’ai trouvé la fin assez rapidement et plus les pages défilaient plus j’avais l’impression qu’Agatha Christie n’avait pas fait dans le sensationnel que nous pouvons connaître avec des revirements improbables. La fin était telle que je l’avais soupçonnée, à quelques détails près impossibles à obtenir. Les indices étaient fortement mis en valeur pour ne pas passer à côté. Malgré tout, j’ai bien aimé ma lecture car les personnages rencontrés tout du long sont bien exploités et chacun ne se rappelle pas des mêmes éléments.

Une mémoire d’éléphant plonge le lecteur dans le passé sur l’affaire d’un double suicide d’un couple fortement apprécié. Hercule Poirot en compagnie de son amie Mme Oliver vont replonger dans les souvenirs des personnes entourant ce couple, en quête de la vérité sur cette affaire. Loin d’être l’histoire la plus rocambolesque d’Agatha Christie, son talent d’écriture nous captive tout du long.

N’hésitez pas à me dire en commentaires si vous avez lu ce livre et votre avis ou si vous avez envie de vous laisser tenter ⬇️

Je vous souhaite une très bonne fin de semaine et l’on se retrouve tout bientôt pour un prochain article 🐥

Laure

5 commentaires sur “Hercule Poirot, tome 38 : Une mémoire d’éléphant, Agatha Christie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s