Roman

Le passage de la nuit, Haruki Murakami

Bonjour tout le monde !! đŸ€—

J’espĂšre que vous allez tous trĂšs bien en ce doux samedi, bon chez moi la pluie est encore au rendez-vous mais c’est ça tous les jours đŸ˜‚đŸžđŸŒâ˜”ïžđŸŒ§

Je vous retrouve aujourd’hui pour un tout nouvel article concernant une de mes derniĂšres lectures. Il est vrai que c’est assez disparate car il y a des moments oĂč je poste beaucoup de chroniques et d’autres oĂč pas du tout. J’admets que le tĂ©lĂ©travail favorise mes nombreuses lectures car j’ai du temps.

Le passage de la nuit est un roman japonais Ă©crit par Haruki Murakami. Lorsque je suis tombĂ©e dessus dans les rayons de la bibliothĂšque je l’ai tout de suite empruntĂ© car j’avais Ă©tudiĂ© en Seconde certains passages.

Résumé :

Auteur : Haruki Murakami

Genre : Contemporain

Édition : 10/18

Année : 2007

Nombre de pages : 230 pages

Titre original : Afuta Daku (2004)

Que se passe-t-il aprĂšs les douze coups de minuit ? Mari rencontre un musicien dans un bar, sa soeur partage Ă  son insu le sommeil d’un inconnu… Pour les Ăąmes solitaires d’une ville assoupie, les expĂ©riences se succĂšdent, entre fantasmagorie et rĂ©alitĂ©. Le lecteur, voyeur protĂ©gĂ© par l’obscuritĂ©, palpe les rĂȘves inquiĂ©tants des acteurs de la nuit.

Mon avis :

La premiĂšre chose Ă  dire est sur le style d’Ă©criture. Le lecteur est substituĂ© Ă  la place d’un oiseau de nuit qui sillonnerait la ville ou encore Ă  une camĂ©ra. Le champ lexical employĂ© utilise beaucoup de « zoom », de « plan en contre-plongĂ©e », et de « vole », « dĂ©placement » et d’angles de vues. Le lecteur est spectateur d’un film et suit les mouvements que donnent l’auteur Ă  son rĂ©cit. Justement, par ces visionnages et balayages nocturnes nous faisons la connaissance de Mari, une jeune femme lisant un livre dans un restaurant de nuit. Nous suivons Ă©galement sa soeur qui dort dans un lit, c’est d’ailleurs avec elle qu’une part de fantastique est insĂ©rĂ©e.

Le roman se dĂ©roule dans une nuit entiĂšre, nous suivons plusieurs personnages oĂč leurs chemins se croisent alors qu’en pleine journĂ©e aucune raison n’aurait fait qu’ils se soient vus. Nous faisons la rencontre d’une prostituĂ©e battue, d’un informaticien nocturne, d’un musicien, d’une gĂ©rante d’un love hĂŽtel, etc. sans lien entre eux. L’Ă©criture Ă©tant fluide, le livre se lit trĂšs rapidement. Chaque dĂ©but de chapitre indique l’heure sur une horloge, plus on avance dans le livre plus les heures dĂ©filent.

Cependant, une fois qu’on a dit tout cela on a en rĂ©alitĂ© pas dit grand chose. À vrai dire, j’ai mĂȘme rien dit du tout. C’est lĂ  que le bĂąt blesse, dans le livre il ne se passe pas grand chose. Je l’ai terminĂ© il y a 10 jours et je suis toujours incapable de vous dire une trame. C’est comme si le temps d’un instant nous dĂ©couvrirons une bribe de diffĂ©rentes personnes, un commencement de quelque chose, mais sans avoir la suite. C’est comme si les feux des projecteurs avaient Ă©tĂ© braquĂ©s sur quelques personnages le temps d’une nuit et qu’une fois le lever du jour ils redeviennent de parfaits inconnus tant dans la ville que pour nous lecteurs.

Beaucoup de commentaires vantent le gĂ©nie de ce livre car sur une nuit il arrive Ă  montrer les paradoxes de l’humain, ses failles, ses peurs et ses problĂšmes mais aussi ses projets. Est-ce que c’est pour autant un livre de sociologie ? Non je ne pense pas, car c’est de la description mais Ă  mon sens que de surface comme une camĂ©ra qui nous filme. Nous n’avons pas les pensĂ©es internes des personnages, leurs ressentis. Nous n’avons que ce qu’ils rendent public c’est-Ă -dire leurs faits et gestes et leurs mots.

Haruki Murakami dans son roman Le passage de la nuit nous livre une description d’une nuit au Japon au travers de personnages pour qui le monde de la nuit est leur milieu d’Ă©volution. Loin d’avoir dĂ©testĂ© ce livre, il reste Ă  mon sens trop en surface dans les sentiments et Ă©motions des protagonistes. En revanche, le fait de placer le lecteur comme oiseau de nuit ou camĂ©ra est intĂ©ressant car nous voyons l’histoire sous vĂ©ritablement diffĂ©rents angles.

Et vous, vous avez lu ce livre ? Si oui, qu’en avez-vous pensĂ© ? N’hĂ©sitez pas Ă  me dire tout cela dans les commentaires âŹ‡ïž

Je vous souhaite une trĂšs bonne fin de semaine, un bon week-end et on se retrouve tout bientĂŽt đŸ„°

Laure

Publicité

7 commentaires sur “Le passage de la nuit, Haruki Murakami

  1. J’ai beaucoup entendu parler de cet auteur mais je n’ai jamais Ă©tĂ© tentĂ©e par ses livres…
    Et mĂȘme si tu n’as pas aimĂ© ce roman-lĂ , il a au moins le mĂ©rite de t’avoir fait dĂ©couvrir la littĂ©rature japonaise 🙂 Bisous !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s